santé-scoliose11

Quels sont les exercices a faire pour soulager la scoliose ?

Rate this post

Exercices pour corriger la scoliose

C’est pourquoi, en première priorité, il faut comprendre la nature de la scoliose, faire quelques différences et arriver ainsi, par exclusion, aux cas dans lesquels les exercices de scoliose sont conseillés et utiles.

Il convient de distinguer rapidement la posture scoliotique de la scoliose proprement dite. Dans le premier cas, nous sommes confrontés à un paramorphisme, dans le second à un dysmorphisme.

La signification et la différence du paramorphisme ou du dysmorphisme

Il est facile de dire : lorsqu’il y a dysmorphisme, la colonne vertébrale est anatomiquement déformée, dans le second cas, elle ne l’est pas. Cela signifie, en termes simples, que la posture scoliotique n’est pas un problème structurel, alors que la véritable scoliose l’est.

Et si dans le premier cas les exercices posturaux et tout le reste sont indispensables – et la seule solution pour éviter une éventuelle scoliose structurée – dans l’autre cas les exercices ne sont pas toujours suffisants. Comme l’explique le Dr Nunzio Catena, la scoliose ne peut être modifiée volontairement, en effet : « il s’agit d’une pathologie de la colonne vertébrale, caractérisée par une déviation latérale structurée du rachis associée à une rotation des vertèbres. Elle diffère de la scoliose en ce que cette dernière n’est pas structurée, n’est pas associée à une rotation des vertèbres et disparaît lorsque la cause est corrigée ».

santé-scoliose

La colonne vertébrale forme une ligne droite et les capsules articulaires, les segments de la colonne (appelés vertèbres), les ligaments et les muscles contribuent à cet alignement.

Lorsque la scoliose est structurée et que, par conséquent, la colonne vertébrale est courbée dans les trois directions de l’espace, outre la colonne, les autres éléments anatomiques responsables de son alignement correct – les articulations, les ligaments, les muscles et, dans les cas graves, les organes internes – sont également affectés. En particulier, dans le cas d’une scoliose structurée, celle-ci s’accompagne toujours d’une torsion différente de chaque vertèbre et c’est précisément l’origine anatomique des déformations qui affectent la cage thoracique, telles que l’asymétrie et la compression des côtes qui sont, à leur tour, une cause indirecte de problèmes respiratoires (un syndrome restrictif, avec compression de la trachée, des poumons et des bronches, dans les cas les plus graves).

Cette situation, en cas de paramorphisme, n’est pas détectable, étant en présence d’un « simple » dysfonctionnement comportemental. La déviation n’est donc visible que dans certaines positions, car dans une position détendue, les vertèbres se réalignent et la déviation disparaît presque complètement. Mais pour éviter que l’attitude scoliotique ne dégénère en scoliose, il est nécessaire de faire attention à sa façon de s’asseoir et de marcher, en maintenant une posture correcte.

La scoliose : est-elle facile à diagnostiquer ?

santé-scoliose8

Le diagnostic du traitement de la scoliose est apparemment assez simple, mais en réalité, le risque de confusion est élevé si vous ne vous adressez pas à des professionnels sérieux ou à des personnalités qualifiées.

Tout d’abord, il faut reconnaître la nature de la scoliose, c’est-à-dire savoir s’il s’agit d’une vraie scoliose, et donc d’une scoliose structurée, ou si l’on a affaire à une attitude scoliotique. Ensuite, il faut analyser les causes, mais nous y reviendrons dans un instant.

Comme nous le disions, cette distinction de base, qui est loin d’être triviale, est essentielle pour ne pas courir le risque de sous-estimer l’évolution d’une scoliose structurée ou de confondre un défaut postural avec une scoliose, prescrivant ainsi des thérapies inutilement coûteuses et probablement aussi néfastes pour le dos, ainsi que longues et complexes.

Quels sont les examens à effectuer et quels sont les symptômes de la scoliose ?

Le patient doit être examiné en position debout, puis penché en avant et enfin allongé sur le dos.

Les symptômes qui ressortent à l’œil nu sont la hauteur différente des épaules, les omoplates (différemment) saillantes, la tête placée dans une position asymétrique par rapport au bassin, la hanche relevée, la hauteur différente des côtes ou leur proéminence lors de l’inclinaison du haut du corps. Il s’agit de signes qui, évidemment, ne nous renseignent pas encore sur les causes et, par conséquent, sur le traitement possible.

santé-scoliose6

La phase immédiatement suivante correspond à l’évaluation de l’incisivité d’une intervention non invasive, à travers des tractions et des mouvements du tronc, qui indiquent le degré d’élasticité de la courbe. Enfin, une radiographie, une radiographie de la colonne vertébrale, une tomographie par ordinateur ou une imagerie par résonance magnétique seront évidemment nécessaires pour mesurer la courbure de la scoliose.

Un test de Risser peut également être utile, pour connaître (avec une échelle de cinq degrés) l’âge osseux du patient, au cas où il y en aurait un dans l’âge de développement du patient. Enfin, il existe également une nouvelle technique de diagnostic, la télémétrie, qui mesure l’asymétrie de la chaleur émise par les muscles de la colonne vertébrale.

Comment évaluer la gravité ?

La courbure est mesurée en degrés de Cobb ; une courbure supérieure aux degrés de Cobb est considérée comme inquiétante :

une courbure supérieure à 30 degrés est inquiétante ;
une scoliose dont la courbure est comprise entre 25 et 30 degrés, comme dans la plupart des cas, est considérée comme importante.
Il faut également considérer que, dans le but de maintenir la verticalité de la tête et l’équilibre, des courbes de compensation (secondaires) s’ajoutent toujours à la courbe principale, qui sont moins graves et, en général, moins stables et plus corrigibles que la première, mais de toute façon conséquentes.

En analysant également la localisation de la courbe (qui peut être cervico-dorsale, dorsale, dorso-lombaire, lombaire), il est également possible de comprendre la plus ou moins grande difficulté de correction, les courbes dorsales étant plus « complexes » que les lombaires.

De même, l’âge du patient influence l’évaluation : les courbes dorsales, par exemple, sont plus instables que les courbes lombaires à l’âge du développement, alors que c’est le contraire à l’âge adulte. Et, surtout, dans la période de croissance (11-15 ans pour les femmes ; 13-17 ans pour les hommes), l’évolution des courbes est plus variable, jusqu’à 20 degrés Cobb par an, alors qu’une scoliose congénitale « découverte » avant l’âge de trois ans peut, au contraire, être régressive ; enfin, les courbes ne sont guère évolutives à l’âge adulte, où elles s’aggravent de 1 degré Cobb par an et, tendanciellement, seulement les courbes supérieures à 40 degrés.

C’est toutefois juste avant la puberté qu’apparaît la courbe principale (8-12 ans), qui reste quasiment stable à l’âge adulte.

Quel est le traitement de la scoliose ?

santé-scoliose8

Considérant que le risque de développer une scoliose si sa mère en souffre est dix fois supérieur à la moyenne, et considérant également qu’environ 3 % de la population en souffre, les causes sont classiquement utilisées pour diviser les scolioses en deux groupes : celles d’étiologie connue et celles d’étiologie inconnue, qui représentent plus de 70 % des cas.

En ce qui concerne le traitement de la scoliose, il est donc évident que la correction de la déformation est d’autant plus difficile que le patient est âgé et, évidemment, que la courbure est importante.

Il est donc nécessaire d’intervenir immédiatement et de contrôler le patient fréquemment, à des intervalles ne dépassant pas six mois : c’est la première indication de base. Le traitement peut être chirurgical ou externe, surtout dans l’enfance ou l’adolescence et dans les scolioses légères. Le premier cas concerne une scoliose de plus de 40 degrés, mais le succès de l’opération est plus grand si le traitement est effectué entre 12 et 16 ans, lorsque l’évolution de la scoliose est presque terminée, mais que la courbe est encore élastique.

La méthode est celle de Risser, qui consiste en une sorte de transplantation osseuse, par le prélèvement de copeaux d’os sur les arcs vertébraux et la compensation par des fragments prélevés sur le tibia ou l’aile iliaque. Cette opération est associée à l’implantation du distracteur de Harrington (également appelé implant de Harrington ou tige de Harrington), une barre métallique placée à chaque extrémité de la courbe pour la maintenir en tension. Après l’opération, un appareil orthopédique doit être maintenu pendant environ un an. Après cela, le résultat devrait être permanent.

Quand l’autocorrection entre-t-elle en jeu ?

Si la chirurgie n’est pas envisagée, les exercices de scoliose entrent alors en jeu, soit en complément d’autres traitements, soit exclusivement dans le cas d’une posture scoliotique.

Dans les cas de posture scoliotique, les causes sont généralement l’hypométrie d’un membre (c’est-à-dire un membre plus court que l’autre), une luxation de la hanche, des douleurs vertébrales ou musculaires ou simplement des erreurs de posture ou une faiblesse des muscles du tronc. Dans ces cas, la thérapie est basée sur la suppression de la cause sous-jacente ou sur des exercices d'(auto)correction de la scoliose.

Dans le premier cas, une activité physique est nécessaire : lorsque l’utilisation d’un corset ou d’une orthèse a entraîné une hypotrophie musculaire. Ce traitement n’est toutefois efficace que pendant la période de croissance du corps.

Dans le second cas, s’il est exclu, même un traitement plus récent comme la stimulation électrique (LESS) pratiquée par l’application d’électrodes sur le côté convexe de la grande courbe pendant 8 heures la nuit, a une efficacité estimée à 44% des cas traités ; l’activité physique et les exercices, dans ce cas, deviennent utiles pour prévenir l’aggravation et/ou corriger la fonction.

Exercices pour corriger la scoliose

santé-scoliose8

Les exercices recommandés pour l’autocorrection sont les exercices posturaux classiques pour trois zones : lombaires, cou et épaules.

Retour :

  • En position couchée sur le dos, les bras sur les hanches et les muscles du bas du dos près du sol, pliez la jambe et, avec le bras opposé, rapprochez-le de votre poitrine, en étendant l’autre bras vers le haut. Maintenez cette position pendant 15 secondes, puis inversez la position. Répétez deux fois.
  • En position allongée, les bras le long du corps, pliez une jambe et, avec le bras opposé, tournez-la le plus loin possible, en gardant la position pendant 5 secondes, les épaules à plat sur le sol. Répétez six fois.
  • En position allongée, les mains sur les hanches et les jambes légèrement fléchies, ramenez vos jambes vers votre poitrine et, à l’aide de vos bras, maintenez-les pendant cinq secondes, puis étendez vos bras et vos jambes pendant cinq secondes supplémentaires. Répétez l’exercice trois fois.
  • Allongez-vous sur le dos, les coudes au sol et le ventre au sol, et soulevez le haut du corps pendant 15 secondes. Répétez deux fois.
  • À quatre pattes et la tête en bas, accroupissez-vous le plus possible pendant 15 secondes. Répétez deux fois.

Les épaules :

  • En position assise, jambes croisées, dos droit, coudes à hauteur des épaules, avant-bras fléchis à 90°, faites tourner les avant-bras dans le sens des aiguilles d’une montre et faites 15 répétitions pour 3 séries.
  • En position assise, les jambes croisées et les bras tendus à la hauteur des épaules, en gardant les paumes vers le haut, poussez les bras en arrière aussi loin que possible, en gardant le cou et le dos droits. Effectuez 20 répétitions pour 3 séries.
  • En position assise, les jambes croisées, enlacez-vous et penchez-vous lentement en avant pendant 15 secondes. Répétez l’exercice deux fois.
  • Les genoux et la tête au sol, placez vos mains croisées derrière vous et levez les bras pendant 5 secondes.
  • Debout, les bras le long du corps, faites pivoter vos épaules jusqu’à ce que vos bras soient en haut et poussez vers l’arrière pendant 5 secondes ; puis relâchez. Répétez l’exercice six fois.

santé-scoliose6

Cou :

  • tournez votre tête de côté, en effectuant 15 répétitions pour 2 séries ;
  • penchez votre tête sur le côté jusqu’à l’épaule et faites 15 répétitions pour 2 séries ;
  • penchez la tête en arrière jusqu’au plafond, en effectuant 15 répétitions pour 2 séries ;
  • penchez la tête en avant jusqu’au sternum, en effectuant 15 répétitions pour 2 séries ;
  • tout en tournant la tête, formez lentement un cercle, d’abord d’un côté puis de l’autre.

Ces exercices sont recommandés pour une pratique quotidienne ; 15 minutes suffisent le matin dès le réveil ou le soir avant de s’endormir.

Il est préférable de les faire tous les jours ; si cela n’est pas possible, il est conseillé de les faire trois fois par semaine ou de n’entraîner qu’un seul groupe musculaire par jour. Un « repos » hebdomadaire est autorisé le dimanche.